maman épuisée
CMBB

Le mythe de la mère parfaite

On le voit partout, sur les réseaux sociaux peu-être encore plus qu’ailleurs. Elle vient d’accoucher et fait déjà du pilates, son bébé dort paisiblement, son intérieur est impeccable, elle est coiffée et maquillée, elle n’a évidemment plus de ventre de grossesse. Si cette image instagramée de mère parfaite nous fait rêver en tant que maman, elle est loin de refléter notre réalité de jeune mère.

Je me souviens des premiers temps avec mon fils à la rentrée de la mat. J’étais déjà contente si j’avais réussi à prendre une douche sur toute la journée… Entre les tétées, les changes et le temps passé à l’endormir, il était midi. Bébé de juin 2018 (il faisait teeeeeellement chaud!), impossible de sortir avec cette chaleur, alors je passais ma journée à tourner en rond chez moi et ne sortais que vers 17h. La galère. Et de ce fait rien à voir avec la dame sur Insta, je te parle même pas de mes cheveux ni de maquillage!

Si encore ce cliché était réservé à certains comptes sur les réseaux, ça passerait, sauf que c’est toute la société qui s’attend à ce qu’on soit méga en forme après la naissance de notre enfant, rayonnante de bonheur et au taquet pour reprendre notre travail au plus vite, redevenir productive à tout prix, même si on ne dort pas la nuit, même si bébé est bien trop petit et vulnérable pour être confié à une nounou ou une crèche.

Dans ces conditions, comment s’étonner que 50 % des décès maternels dans la première année de vie de l’enfant soient dûs à un suicide en France (étude de l’INSERM entre 2013 et 2015), ou que le burn-out maternel touche 5% des parents en Suisse?

Cette situation, qui met en exergue le fait que les femmes se retrouvent seules après la naissance, n’est pas nouvelle, mais elle s’est intensifiée avec les déplacements de population. La famille proche n’est plus forcément sur place, le/la conjoint.e retourne au boulot et tu te retrouves seule à la maison avec un bébé, un être qui dépend à 100% de toi pour survivre et tu ne sais pas comment ça fonctionne! Purée c’est chaud…

D’autant que pendant ta grossesse, on t’a bichonnée, tout le monde était au petits soins pour toi mais là paf, c’est le bébé qui devient le centre d’attention, toi, tu passes au second plan.

Autant te le dire de suite, sur le long terme, cette mise entre parenthèse de toi n’est pas viable. On nous le dit assez dans les avions « put your own mask before helping others » (mettez votre propre masque avant d’aider quelqu’un d’autre) et si tu tires trop sur la corde en te mettant complètement de côté, ça a toute les chances de péter plus ou moins rapidement.

Tu me diras, super, c’est bien joli tout ça mais comment je fais? Je vais te donner quelques pistes à explorer:

  • Contacter l’association des Supermamans: c’est une assoc’ géniale qui te propose de t’apporter quelques repas pendant ton post-partum, faits maison par des mamans d’enfants plus grands qui sont déjà passées par là. C’est l’occasion de manger quelque chose de chaud et bon et surtout (si tu le souhaites), de profiter d’un moment d’échange avec ces mamans. Ca va te rassurer et te faire du bien!
  • Mettre en place des petits moments sans ton bébé. Je sais c’est compliqué, il a beaucoup besoin de toi, mais même si ce n’est qu’une petite demi-heure pour te poser et lire un livre, aller boire un thé dans le café du coin, faire une sieste, écouter un podcast, tricoter, appeler une copine… S’entourer de personnes ressources (autre que ton/ta conjoint.e) qui peuvent prendre le relais pour que tu puisses souffler, physiquement et mentalement, voire prendre une babysitter de temps en temps pour te soutenir. Ce n’est pas être égoïste, c’est juste prendre soin de toi! Idem pour le ménage et les repas, on délègue le plus possible!

Les podcasts préférés des mamans de La Tribu: La matrescence, PepiteMama, Parenthood, Papatriarcat, Change ma Vie

  • Créer ta communauté de mamans: parce que ça change tout! En évoquant avec des amis ou de la famille que te sens fatiguée /triste/mal suite à l’arrivée de ton bébé, tu as sans doute déjà entendu des petites phrases sympas, du genre « mais tu l’as voulu ce bébé, maintenant faut assumer », « oh mais tu sais il est en bonne santé, c’est le plus important! » et autres petits mots qui mettent complètement de côté ce que tu ressens. Eh bien le fait de parler de tes sentiments avec d’autres mamans qui traversent ou ont traversé récemment la même chose que toi te fera un bien fou!

Tu te sentiras comprise, acceptée, sans jugement. Le plus? On pense parfois que certaines expériences nous sont spécifiques, or en échangeant avec les autres mères, on se rend compte qu’on n’est pas la seule! Entendre plutôt des phrases comme « je n’ai pas tout de suite aimé mon enfant », « je regrette d’être devenue maman », « j’ai envie de tout lâcher, c’est trop dur », ça fait du bien et on se sent plus légitime!

La Tribu propose tous les mois des cercles mamans-bébés: 4 rencontres de 2 heures avec ton bébé pour former cette communauté de mères dont tu as besoin! Sais-tu que les mamans continuent à se voir régulièrement (presque toutes les semaines!) par la suite? Elles vont boire un café (en général au Fnac Culture Café, qui est top et kids friendly!) et discutent. C’est leur bouffée d’air dans la semaine et elles adorent – et moi aussi pour ne rien te cacher 🙂

Elles ont également un groupe Whatsapp pour échanger au quotidien sur tous les sujets qui les préoccupent/intéressent, depuis la marque de couche idéale au pétage de plomb à cause de la fatigue, en passant par les débriefings après les visites chez le pédiatre! Même si ce n’est pas un endroit physique où parler, ça reste une « Safe Place » où se déposer sans jugement, en sachant qu’on sera écoutée et comprise. Une mine d’or que j’te dis!

Si tu veux en savoir plus sur les cercles, c’est par ici!

Et toi, qu’est-ce que tu fais pour prendre soin de toi? Dis-le moi en commentaire!

Je te laisse avec un mantra que j’adore: « je n’ai pas besoin d’être parfaite, j’ai besoin d’être moi-même! »

Douce journée,

Catherine

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *